Carousel

Transatlantique Cap Martinique

Une course en solidaire !

Je soutiens

La course

7 000 km entre la Trinité-sur-Mer et Fort-de-France : telle est la course sans escale dans laquelle se sont lancé 40 voiliers, skippers amateurs, en solo et en duo, le 1er mai, au départ de la Trinité-sur-Mer. Arrivée prévue à Fort-de-France après trois semaines de navigation, autour du 25 mai.

Chaque skipper soutient une cause. Pascal Coret, collaborateur de la Caisse des Dépôts, a choisi CDC Développement solidaire, l’association « maison ». Un soutien gratuit : notre skipper a payé sur ses deniers son engagement et tous ses frais, il offre simplement une visibilité à notre association.

Rendez-vous sur le site de cap Martinique

Plus de 6 000 km parcourus !

Le 17 mai, le plus gros de la traversée est effectué. Après avoir subi quelques jours sans soleil (ce qui a obligé Pascal à faire tourner le moteur pour recharger les batteries solaires) et surtout sans vent, les voiliers profitent enfin des alizés et empruntent une route directe, qu’ils espèrent conserver jusqu’à Fort-de-France… Mais gare aux rotations du vent à l’approche des terres martiniquaises !
Il reste environ 1 160 km à parcourir pour les voiliers en tête, et jusqu’à 2 760 km pour la queue de course. Soit une petite semaine de navigation pour les premiers…

Notre Skipper

Et parmi ces aventuriers, un collaborateur de la Caisse des Dépôts.

Pascal Coret.
Directeur adjoint du département gestion des placements, en charge des segments obligataires à la Caisse des Dépôts

Cet amoureux des grands espaces a suivi le parcours classique des passionnés de voile : stages à la mythique école des Glénans (la 1ere école de voile en Europe), puis monitorat, encadrement, et enfin achat de son bateau actuel, le Vesper Pogo (9,14 m de long) ; il a enchaîné régates et courses au large, « par goût du challenge, et parce que la mer est aujourd’hui un des derniers espaces sauvages de liberté ». Pourquoi courir La Cap Martinique ? « C’est une traversée pure, un one shot, une vraie aventure ».

Il a choisi de soutenir CDC Développement solidaire « parce que ce sont des collègues qui font vivre cette association, qui finance des petits projets essentiels pour les populations des pays concernés ».
Comment ? En offrant une belle visibilité à notre association : ainsi les voiles et la coque de son voilier Vesper portent notre logo (grâce au soutien financier de la Banque des territoires), et de nombreuses animations et appels aux dons sont organisés tout au long de la course, au profit de nos actions.
A bientôt pour la suite de cette aventure solidaire !

J’ai envie de faire un don express à CDC Développement solidaire


Je soutiens maintenant

Le Vesper

Pascal navigue sur un Vesper Pogo 30 (9,14 mètres de long pour 14 mètres de haut), voilier construit pour la première fois en 2013, qui comporte deux cabines et peut accueillir 4 à 5 personnes. Un voilier conçu et fabriqué dans le Finistère en Bretagne, qui se caractérise par sa polyvalence : il permet de naviguer vite, à la fois au large ou en côtier. Certes ce modèle n’est pas le plus récent, mais Pascal le connait bien et sait en obtenir le meilleur !

Arrivée prévue à Fort-de-France : autour du 25 mai, après 3 semaines de navigation.

A bientôt pour la suite de cette aventure solidaire !

En résumé

17 mai

Alizés bien établis, beau temps. Finie de naviguer vers le sud ! Nous sommes dans le couloir des alizés, donc on peut enfin suivre la route directe !
Tous les jours, 2 à 3 poissons volants échouent sur le pont…

28 mai

Remise des prix
à Fort-de-France

3800

Milles nautiques

Le saviez-vous ?

Oh mon bateau ôôô !

Le Vesper Pogo est un bateau atypique, un peu ancien, pour lequel Pascal a eu un coup de cœur. Ses atouts ? « C’est un bateau marin, sain et fiable, et bien stable lorsque le spi est déployé, donc relativement confortable. En revanche c’est le plus petit de la flotte, donc pas forcément le plus rapide… Mais il aura son mot à dire ! »

Une course responsable

Les bouteilles en plastique sont interdites à bord, les skippers emportent de gros bidons pour l’eau potable. Pascal a ainsi prévu 80 litres d’eau répartis dans 8 bidons de 10 litres chacun. De plus, chaque équipage doit faire ses calculs afin de réduire au maximum les déchets qui seront produits : Pascal en a prévu 5 kg.

10 m²

Telle est la surface qu’occupe la partie circulable et habitable du bateau, c’est-à-dire le cockpit et l’espace intérieur. Ce dernier, le « logement », comporte un coin cuisine, un couchage et un bureau - où sont installés les instruments de navigation. Un espace un peu exigu pour y passer trois semaines, mais qui offre une vue imprenable sur l’océan…


Partagez


Recommander cette page