Economie locale

Reconstruction d’une digue déversante

Sénégal

Lieu : A 10 km de Bakel au nord du Sénégal

Contexte : Au Sénégal, l’agriculture occupe la majorité de la population (près de 12 000 000 d’habitants) et la totalité dans les zones rurales ; 70 % des sénégalais sont cultivateurs ou éleveurs. L’agriculture ne permet pas de nourrir l’ensemble de la population et le Sénégal importe encore la plus grande partie de son riz qui est l’aliment de base des Sénégalais.

Essentiellement utilisée pour la culture du riz, l’irrigation " submergente " implique l’apport de grandes quantités d’eau. Sur les bords du fleuve Sénégal, les eaux de surface sont inexistantes pendant la plus grande partie de la saison sèche.

En 1981, le GRED (Groupe de Recherches et de Réalisations pour l’Eco-Développement) a réalisé une digue de retenue située dans une vallée à 4 km environ du fleuve Sénégal et à une dizaine de km au sud-est de la ville de Bakel. La récolte de riz fut moyenne car c’était la première réalisée par les habitants et remarquable la seconde année. En 1983, une crue particulièrement dévastatrice, a ouvert une large brèche dans la digue ; la brèche ne permit plus de retenir l’eau et la culture du riz a été interrompue.

Vingt ans après, les mentalités ayant évolué avec l’exemple de plus de 30 aménagements réalisés par le GRED, les villageois désirent reconstruire la digue.

Objectif :
- augmenter les rendements des cultures pour une meilleure l’alimentation des villageois ;
- améliorer les conditions de vie au village, avec la vente des excédents, et inciter les jeunes à rester au village.

Nature de l’investissement :
- construction d’une digue déversoir en béton de terre.

Financement accordé : 8 500 € sur un budget de 11 800 €

Association partenaire : Le GRED

Bilan au 26 mars 2009  :

Les travaux ont commencé le 20 décembre 2008 avec le creusement des fondations de l’écran d’étanchéité, la confection et la pose des gabions (ensembles de branchages tressés remplis de terre) et l’enrochement.

Le chantier se déroule bien même s’il faut noter un peu de retard dû aux horaires de travail de villageois qui sont bénévoles, 7 groupes de 8 personnes qui travaillent 5 à 6 heures par jour (sauf le vendredi qui est jour de repos).

La longueur totale de la diguette sera de 800 m et la hauteur d’eau sera de 2 m au fond et de 60 cm sur les berges car l’objectif principal est l’irrigation d’appoint des rizières en fin d’hivernage.

Partagez


Recommander cette page