Economie locale

Réalisation de 2 puits modernes

Niger

Lieu : villages de Tamindaou Zanfaraoua et de Debi sur la Commune rurale de Kornaka au Niger

Contexte : Conscient des difficultés rencontrées par les populations nigériennes en matière d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement, le Gouvernement du Niger a adopté en 2002 une Stratégie de Réduction de la Pauvreté et en 2003 une Stratégie de Développement Rural. L’objectif général est celui de « réduire l’incidence de la pauvreté rurale de 66 % à 52 % à l’horizon 2015 », et l’eau a été retenue dans ces cadres nationaux comme élément moteur de croissance.

Le taux de couverture des besoins en eau en milieu rural était, en 2004, estimé à 50%. Les systèmes d’approvisionnement en eau potable et d’assainissement sont encore rustiques et se composent dans leur majorité de puits traditionnels et de puits modernes. Les nappes captées sont assez profondes, et les moyens d’exhaure sont à traction humaine ou animale contribuant à altérer la qualité de l’eau et à rallonger les temps d’attente autour des ouvrages. Périodiquement, surtout pendant la saison sèche, il y a des assèchements d’une part importante de ces puits. Les volumes d’eau disponibles demeurent alors pour les familles très insuffisants ce qui fait que des sources très douteuses telles que les mares et marigots sont aussi utilisées pour couvrir les besoins des ménages.

Objectif :
- Améliorer l’accès à l’eau potable tant en qualité qu’en quantité pour les habitants des 2 villages ;
- Alléger la corvée d’eau pour les femmes : les temps d’attente au point d’eau sont réduits, les distances parcourues pour s’approvisionner en eau potable sont diminuées ;
- Sensibiliser les habitants à l’hygiène (700 personnes de manière directe).

Nature de l’investissement :
- Construction de 2 puits modernes avec aménagements de surface.

Financement accordé : 12 000 € sur un budget de 75 331 €

Association partenaire : Eau Vive

Bilan au 30 mars 2010 :

Les deux puits sont terminés et la mise en eau a été réalisée en août et sa qualité est bonne :
-  le puits de Débi a une profondeur de 77,80 m,
-  le puits de Tamidaou Zanfarawa a une profondeur de 62.50 m.

Par ailleurs, afin d’améliorer la salubrité des abords des puits, de faciliter et de sécuriser le puisage, et de diminuer leur ensablement, des aménagements de surface ont été construits :
-  une margelle de protection de 0.80 m de hauteur et de 0.20 m d’épaisseur,
-  un trottoir de propreté en béton armé d’un mètre de diamètre d’environ 7 m,
-  un muret de protection élevé à l’extérieur du trottoir, muni de 2 ouvertures,
-  des bancs d’attente, à l’intérieur du trottoir,
-  des abreuvoirs installés à un minimum de 14 m du puits.

Parallèlement à la réalisation des travaux, deux structures de gestion des puits ont été mises en place. Ces comités veillent sur les conditions d’hygiène et d’assainissement autour des points d’eau, le respect des règles d’exploitation et d’utilisation des puits, le paiement des tarifs définis au préalable en assemblée.

Partagez


Recommander cette page