Economie locale

Programme de puits pastoraux pour le développement de l’élevage

Lieu : 5 villages du département de Oussouye, Pays Kassa, en Casamance au Sénégal

Contexte : Le Kassa est une zone excentrée à l’extrémité sud-ouest du Sénégal à la frontière de la Guinée-Bissau, extrêmement morcelée par des bras du fleuve Casamance dont c’est l’estuaire. La pluviométrie est abondante. Dans les parties basses prédomine la culture du riz très ancienne, ailleurs se cultivent l’arachide, le maïs, le maraîchage et l’arboriculture (anacardiers, orangers, bananiers). L’élevage y a aussi une place importante, porcs, bovins, ovins et caprins, volailles.

A la demande des organisations professionnelles de l’élevage (ANAPEZ et CNMDE) de la Casamance, l’AFDI Ile de France s’est investie depuis plusieurs années pour lancer un processus de reconstruction de l’élevage casamançais fortement perturbé par les conflits locaux. Il s’agit, en relançant ou organisant les productions lait et viande, de permettre aux différents acteurs d’améliorer leur revenus et de développer des productions sur une base intensive, de qualité, permettant un meilleur accès aux marchés.

Ainsi a été créée en 2013, l’Association pour le développement Agricole du Département de Oussouye, lequel compte environ 50 000 habitants dont 20 000 agriculteurs/éleveurs sont directement concernés par les programmes définis en assemblée générale :
- Création de puits dans tous les villages,
- Formation en santé animale et conduite des troupeaux,
- Fourniture d’aliment du bétail pour éviter la divagation et protéger l’environnement,
- Fourniture de médicaments vétérinaires et prestations.

Douze puits ont été installés, avec déversoirs et abreuvoirs, dont un pour un jardin de femmes de 2000 m2. Elles étaient 40 et maintenant 80 et souhaitent une nouvelle installation sur 2ha. La production est de plus en plus autoconsommée.

Le nouveau projet prévoit la construction de 5 nouveaux puits dans les villages de l’Ouest du Kassa, principalement dans les îles ou en bordure des « bolongs » où les populations sont confrontées aux conséquences des changements climatiques : montée du niveau de la mer, fortes marées d’équinoxe, salinisation des sols (rizières), puits anciens défectueux.

Les puits, d’une profondeur de 5 à 6 mètres pour une largeur de 1,5 mètre, seront réalisés par un maître puisatier avec une garantie décennale. L’emplacement est défini par la communauté à la limite du village où est installé un parc pour les animaux qui rentrent le soir des pâturages pour la traite et la sécurité. Les premières habitations peuvent être à une cinquantaine de mètres. Les habitants ayant participé au financement des puits, l’eau est gratuite.

Cette eau nouvelle améliorera considérablement les conditions de vie des villageois. Les puits étant régulièrement javellisés, cela supprime des infections intestinales et les femmes peuvent faire la lessive sur place. Il en est de même pour les animaux qui ne risquent plus de mourir de soif ou de disparaître dans la vase des bas-fonds où ils recherchent à boire. Cela permet aussi de mettre en place une politique de suivi sanitaire et d’amélioration des performances du cheptel.

Objectifs :
- Améliorer les conditions de vie et d’hygiène des habitants de 5 villages
- Développer l’économie agricole du département de Oussouye en augmentant les revenus des éleveurs et ainsi de lutter contre la pauvreté

Nature de l’investissement :
- Forage, construction et équipement de 5 puits

Financement accordé : 4 500 € sur un budget de 9 174 €
Association partenaire : Agriculteurs Français et Développement International – Ile-de-France (AFDI)

Partagez


Recommander cette page