Santé

Mise en place d’un système d’eau potable et d’assainissement

Lieu : village de Mengueme au Cameroun

Contexte : Au Cameroun, près de 70 % de la population n’a pas accès à l’eau potable. A la faveur d’un processus de décentralisation intervenu en 2004, les élus locaux doivent faire face aux enjeux du développement de leur territoire, notamment en matière d’accès à l’eau et à l’assainissement. Dans cette optique, les communes sollicitent de plus en plus l’appui d’intervenants extérieurs pour mener à bien leurs nouvelles missions.

Malheureusement, force est de constater que si quelques puits ont bien été réalisés, ils sont loin de desservir toute la population et moins encore les zones où sont implantées des établissements d’enseignement et la qualité de l’eau des puits existants n’est pas garantie. Sur le plan assainissement, quelques latrines traditionnelles ont été construites, mais nous sommes loin d’une couverture minimale et l’on n’observe aucun système « moderne ». Le secteur de l’assainissement ne fait l’objet d’aucune stratégie bien définie. Il est caractérisé par l’absence de réseaux collectifs en dehors de l’assainissement pluvial.

La situation actuelle dans la région de Mengueme reste compliquée. L’eau de consommation est puisée à partir des points d’eau : sources, rivière et 3 puits. Le puits le plus proche du Quartier où se trouve le projet est à plus de 700 mètres environ et la rivière à 300 mètres. Il n’existe pas de système d’assainissement (hormis le mode traditionnel).

Aujourd’hui le village bénéficie d’une quantité suffisante d’eau mais la qualité de cette eau n’est pas potable et celle des puits n’est pas garantie. De plus, la corvée d’eau reste pénible pour les femmes et les enfants, des jeunes filles en particulier, et elle occupe une grande partie de leur temps chaque jour.
Comme dans beaucoup d’autres régions de l’Afrique subsaharienne, les médecins font été de nombreuses maladies dues au manque d’eau potable et au défaut d’hygiène, comme les diarrhées fréquentes, la bilharziose en toute saison surtout chez les enfants et les dermatoses.

Le projet prévoit de desservir le quartier de Mengueme où se trouvent un lycée d’enseignement général, un centre de formation des apprentis en électricité et les habitants de la zone environnante. Le choix d’installer une pompe solaire vise à démontrer aux villageois que le solaire peut répondre à un certain nombre de besoins et être une alternative aux solutions filaires.

En marge des réalisations, des actions de promotions à l’hygiène seront menées auprès des bénéficiaires ; Au total, 10 femmes seront formées pour la promotion de l’hygiène eau et assainissement et la bonne gouvernance de l’eau et 2 techniciens à la maintenance des installations.

Objectifs :
- Permettre l’accès à l’eau potable et améliorer les conditions d’hygiène

Nature de l’investissement :
- Réalisation d’un forage, de 2 réservoirs de stockage, d’un réseau de distribution, d’une électropompe solaire et de 2 bornes fontaines
- Construction d’une fosse septique raccordée aux bâtiments du centre de formation professionnelle
- Création d’un jardin potager

Financement accordé : 7 000 € sur un budget de 27 910 €
Association partenaire : Association de solidarité avec les villages du Cameroun

Partagez


Recommander cette page