Economie locale

Développement agricole pour la région de Ziguinchor

Sénégal

Lieu : villages de Diakène et Coubalan et ville de Ziguinchor en Casamance au Sénégal

Contexte : A l’issue du conflit en Casamance (accord de paix signé en 2004), la situation de l’élevage s’est trouvée très mauvaise du fait des destructions et des pertes de cheptels. Les organisations professionnelles de l’élevage – l’Association Nationale pour la Promotion de l’Elevage au Sénégal (ANAPES) et le Conseil National des Maisons des Eleveurs (CNMDE)- ont décidé de lancer un processus de reconstruction de l’élevage casamançais, notamment dans la région de Ziguinchor en s’appuyant sur la Maison des Eleveurs. Cette structure regroupe tous les acteurs des filières d’élevage (production, transformation et commercialisation).

Il s’agit, en relançant des productions de lait et de viande, de permettre aux différents acteurs d’améliorer leurs revenus (lutte contre la pauvreté) et de développer les productions sur base plus intensive, de qualité, permettant un meilleur accès aux marchés (développement économique).

Dans cette perspective, l’association des Agriculteurs Français et Développement International – Ile de-France (AFDI Ile-de-France), présente au Sénégal depuis 1996, a effectué plusieurs missions d’identification. Dans les 3 départements constituant la région de Ziguinchor, une priorité par département s’est dégagée tenant compte des spécificités locales :

- A Bignogna : manque de puits, en particulier lors de la période d’hivernage pour l’abreuvage des troupeaux en transhumance afin d’éviter des conflits avec les agriculteurs, notamment dans la partie est du département ;

- A Oussouye : diversification de la production (maraîchage) liée à l’intensification de l’embouche bovine (fumier) et à la possibilité d’écoulement des fruits et légumes vers le Caps Skirring (hôtels et marchés) et nécessité d’un deuxième puits pour l’extension de l’activité maraîchère par les jeunes ;

- A Ziguinchor : à partir d’un micro-crédit accordé par l’AFDI Ile-de-France, un GIE (une cinquantaine de femmes) a développé la transformation et la commercialisation de lait et maintenant de la viande. Le GIE a besoin d’un local polyvalent pour mettre en place un atelier de transformation du lait et la vente ainsi que pour stocker du matériel (chaises, bassines, etc…).

Objectif :
- améliorer l’accès à l’eau potable aux habitants de 2 villages (420 personnes environ),
- améliorer l’accès à l’eau pour le bétail et le maraîchage de 2 villages,
- permettre à 50 femmes de développer des activités commerciales.

Nature de l’investissement :-
- creusement de 2 puits (18 à 20 m. de profondeur),
- construction d’un magasin (39 m²).


Financement accordé : 7 348 €
sur un budget de 9 798 €

Association partenaire : AFDI Ile-de-France

Bilan au 30 avril 2012

Les 2 puits ont été creusés en décembre 2011 :
-  à Coubalan, un puits a été creusé à une profondeur de 24 mètres avec une hauteur d’eau de 4 mètres. Il est équipé d’un bac de réception et d’un abreuvoir.
-  Sur le département département d’Oussouye, un puits a été installé à Boukitigo. D’une profondeur de 18 mètres, avec une hauteur d’eau de 3 mètres. Il est équipé d’un bac de réception.

A Ziguinchor, la construction d’un local polyvalent, destiné à la transformation du lait et au stockage du matériel a été retardé. Le projet d’implantation à côté du champ de foire des grands ruminants, au centre de la ville, a été abandonné en raison de problèmes d’aménagement foncier et sanitaire de la ville qui souhaite réaménager ce terrain. L’installation se fera au siège du GIE des femmes, sur un terrain situé en périphérie sud de la ville.

Partagez


Recommander cette page