Economie locale

Création d’un atelier de couture pour jeunes filles

Burundi

Lieu : au nord du Burundi

Contexte : Dans un pays qui a connu une période noire en 1993/1994, durant laquelle des affrontements ont fait des milliers de morts, suivie par une décennie d’instabilité et de guerre larvée, beaucoup d’infrastructures sont anéanties et la population est épuisée par cette situation ; ce qui a abouti au résultat pitoyable d’enfants orphelins traumatisés, abandonnés ou handicapés. La terrible pandémie du VIH/SIDA ne fait qu’accroître davantage le nombre d’enfants très vulnérables. Ce projet s’inscrit dans une démarche globale, entreprise par l’APECOS (partenaire local de l’association UNCLE) qui consiste à venir en aide à une communauté de 640 orphelins du SIDA. La prise en charge globale (alimentaire, médicale, juridique et psychologique) s’accompagne d’un développement d’activités génératrices de revenus pour que cette communauté puisse prendre en charge son avenir, à l’issue du programme.

Objectif : la création d’un atelier de coupe/couture pour un groupe de 40 jeunes filles très vulnérables, vivant à Kirundo au Burundi, leur procurera un revenu régulier au bout de 12 mois.

Nature de l’investissement : Il comprend plusieurs volets :
la construction d’un bâtiment,
l’achat de matériels (dont 22 machines à coudre),
la formation des acteurs du projet.

Association : UNCLE

Coût total : 21 276 €

Financement accordé : 11 326 €

Bilan au 22 mars 2007  :

La construction de l’atelier de couture, d’une surface de 60 m2, est achevée.

La sélection des 40 jeunes filles qui bénéficieront de cet atelier a été faite parmi les volontaires qui présentaient le « potentiel » nécessaire (forme physique, formation initiale, motivation, capacités de concentration…).

La formation qui durera 9 mois, vient de débuter. Clotilde, la formatrice est satisfaite car le taux d’absentéisme est raisonnable (15 à 20 % environ). Durant la formation, chaque jeune fille perçoit une indemnité équivalente à 1 € ; cette somme couvre les frais de transport et de nourriture.

Au terme de la formation, les jeunes filles seront prêtes à produire certains vêtements simples de qualité standard, il s’agit d’uniformes destinés aux écoliers (chemises, pantalons et jupes). Les premiers clients seront l’’APECOS et des ONG qui ont en charge des enfants scolarisés.

La rémunération des jeunes filles sera proportionnelle au temps passé et dépendra de la production vendue.

Partagez


Recommander cette page