La vie des projets

Construction de puits pastoraux en Casamance au Sénégal

Bientôt, les éleveurs de chaque village, de Boutikingo à Elinkine auront leur puits, installé dans un espace public afin que nul ne puisse en revendiquer la propriété, et choisi par le puisatier et les éleveurs en fonction des habitudes locales.

Point de départ d’un programme de développement de l’élevage, l’Association pour le développement agricole du département de Oussouye en Casamnce, entreprend d’installer en partenariat avec AFDI Ile-de-France, une douzaine de puits dans la région.

Jusqu’alors délaissé, pour ne pas dire négligé, l’élevage des bovins notamment, peut représenter une source de revenus importants. Mais pour cela, il faut que les bovins aient à leur disposition toute l’année une eau de qualité les mettant à l’abri des parasitoses multiples, même s’ils continuent de s’abreuver aux mares issues des pluies pendant l’hivernage.

Les puits ont pour mission principale de faire la soudure pendant la saison sèche, période de fortes pertes ou de mortalité, par manque d’abreuvement suffisant (il faut au moins 20 litres d’eau par vache et par jour) et par manque de soins, sanitaires et alimentaires.

Sur les 7 puits programmés fin novembre 2014, 4 puits sont terminés à Diantene, Loudia-Wolof, Essaout et Effisao. Deux puits sont au demarrage et 1 en attente "administrative". Ils ont 1.40 mètre de diamètre, 5 à 20 mètres de profondeur et 3 mètres de mise en eau avec à leur côté un déversoir et un abreuvoir.

Ils sont implantés sur un terrain public afin que personne ne puisse revendiquer une quelconque propriété, situés à la limite du village, sur le trajet traditionnel des animaux et proche du parc des animaux, sur un terrain permettant le jardinage pour les femmes et ils sont garantis 10 ans.

Tous les puits seront achevés dans le courant du premier semestre 2015.

Une formation sur la création d’étables fumières et la récolte des fourrages (stockage)ainsi qu’une formation et un approvisionnement en produits vétérinaires de base avec suivi des troupeaux (vaccination et 2 déparasitages par an) viennent compléter le programme de développement à l’élevage.

Les éleveurs sont réellement motivés et les résultats,dans la conduite des troupeaux, sont encourageants. Le travail de sensibilisation au développement et les réalisations concrètes indispensables aux changements des comportements des éleveurs portent maintenant leurs fruits afin que l’élevage devienne une véritable activité économique.

Pour en savoir plus sur le projet

Financement de CDC Développement solidaire :
7 600 €
Opérateur : Agriculteurs Français et Développement International Ile- de- France


Partagez


Recommander cette page