Santé

Construction d’un laboratoire

Madagascar

Lieu : Morondava, région du Ménabé à Madagascar

Contexte : le dispensaire de Fananténana à Morondava qui dispose d’une section de nutrition et d’une unité de production de spiruline pour lutter contre les maladies opportunistes de la malnutrition, s’est agrandi en 2004 grâce à l’appui de CODEGAZ et du soutien financier de CDC Développement solidaire (15 000 €). Les premiers résultats (obtenus du 4 novembre 2004 au 27 janvier 2005) permettent déjà de constater que 9 enfants sur 12 ont été guéris et renvoyés dans leur foyer.
Toutefois, ce bilan pourrait être amélioré si, en amont, des analyses biologiques étaient réalisées. Le dispensaire dispose d’un opérateur diplômé et d’équipements d’analyses fournis par une association américaine, Catholic Relief, mais le laboratoire manque. Ce laboratoire serait installé dans l’une des pièces prévues dans la 2ème tranche de travaux.
Par ailleurs, la consultation prénatale systématique serait utile pour déterminer l’état de santé et de nutrition des femmes, soigner ces dernières, et de ce fait, limiter les problèmes de santé des enfants à naître. Un 2ème médecin financé par CARITAS est mis à la disposition du dispensaire pour une durée indéterminée, mais il ne dispose pas d’un cabinet de consultation.

Objectif : optimiser le traitement des malades en complétant le diagnostic des médecins, par des analyses biologiques, diminuer le nombre d’accidents à la naissance par un suivi prénatal et anticiper les éventuels problèmes de santé des bébés à naître.

Nature de l’investissement : construction d’un laboratoire d’analyses, d’un local de prélèvement contigu et d’un cabinet de consultation prénatale.

Assocaition : CODEGAZ

Coût total : 22 960 €

Montant sollicité : 12 230 €

Bilan au 31/03/2006  :

L’extension du dispensaire a permis à ce jour, de sauver 38 enfants dénutris d’une mort certaine et d’en soigner 480 dans de meilleures conditions, notamment en les isolant des patients tuberculeux.

Le laboratoire et la salle de prélèvement récemment construits fonctionnent depuis le 3 décembre. Les analyses effectuées concernent principalement la détection du VIH, de la malaria, du diabète. Les diagnostics du médecin sont désormais confortés par des analyses qui évitent des erreurs fatales.
Ainsi, depuis décembre 2005, 386 analyses sont en moyenne pratiquées chaque mois.

Partagez


Recommander cette page