La vie des projets

Accès à l’eau potable dans les zones péri-urbaines de Bluefields, au Nicargua

130 nouveaux filtres à eau ont été installés et fonctionnent parfaitement. Leur usage a été complètement intégré par les familles bénéificiaires qui se sont bien approprié les techniques d’utilisation et d’entretien de leurs filtres....

Enclave inaccessible par voie terrestre et coupée du reste du pays par deux cents kilomètres de forêts tropicales denses, la ville de Bluefields (45 000 habitants) est la capitale de la Région Atlantique de la Côte Caraïbe Sud (RACCS) du Nicaragua. Sa localisation géographique et le faible développement de voies de transit alternatives rendent les déplacements difficiles dans cette région où le transport fluvial, lent et cher, est le seul moyen de connexion entre les différents villages.

Si la coopération internationale a fortement contribué au renforcement du secteur de l’eau et de l’assainissement dans les zones rurales du pays, elle s’est concentrée sur la côte pacifique et les zones centrales. Aujourd’hui, 48% des Nicaraguayens (2,8 millions de personnes) ne disposent toujours pas d’un accès à un assainissement amélioré et 600 000 personnes sont encore contraintes de pratiquer la défécation à l’air libre.

Le réseau de distribution d’eau de Bluefields n’alimente que 30% de la ville, avec une eau non potable suite à des défaillances de l’usine de dessalement. Les habitants consomment l’eau de puits rustiques dont la quasi-totalité serait, selon une récente étude de l’université régionale, contaminée par les coliformes fécaux. La disponibilité de la ressource connaît par ailleurs des variations saisonnières importantes : alors que l’eau, abondante pendant la saison des pluies, engendre le débordement des latrines traditionnelles (un risque sanitaire majeur), pendant la saison sèche, dans certaines zones hautes de la ville, les puits n’ont fréquemment plus d’eau.

C’est dans ce contexte que l’association blueEnergy a lancé en 2008 son programme « Eau, Assainissement et Hygiène », pour les habitants de Bluefields et des communautés alentours. Les projets comportent toujours trois composantes : la réalisation de puits, qui permettent aux familles d’accéder à la ressource en eau ; la construction de filtres à eau, qui rendent l’eau potable en combinant une action purificatrice biologique et physique ; enfin la construction d’infrastructures sanitaires améliorées pour limiter la contamination des nappes phréatiques.

Depuis 2008, 984 filtres, 73 latrines sèches à double fosse, 110 puits et un prototype de toilette à chasse d’eau manuelle ont été installés chez les familles de différents quartiers et communautés. Ces projets sont réalisés en étroite collaboration avec la mairie de Bluefields et son unité « Eau et Assainissement », pour assurer la cohérence avec les actions locales.

Début 2015, une nouvelle phase de ce programme a été lancée avec le projet “Accès à l’eau potable dans les zones péri-urbaines de la ville de Bluefields, sur la côte caraïbe du Nicaragua”. Ce projet a permis la réalisation de 130 filtres, 15 systèmes d’assainissement améliorés et 8 puits. Il a aussi permis d’organiser 13 ateliers de formation sur les bonnes pratiques d’hygiène et d’usage des filtres destinés aux familles bénéficiaires du projet.

L’approche participative est au coeur de l’action de blueEnergy. Pour une pleine appropriation des solutions proposées, les bénéficiaires, particuliers ou des structures organisées (écoles, centre de santé …) sont considérés comme des acteurs impliqués en tant que tels dans le processus de réflexion et de décision :
- Ils identifient eux-mêmes leurs besoins et analysent les solutions les plus viables au plan technique et économique ;
- Ils participent aux réalisations des forages, des filtres et des latrines en fournissant les matériaux locaux et la main d’oeuvre ;
- Ils suivent des séances de formations, des rencontres, des visites de contrôle sur l’hygiène, sous forme de jeux ludiques et dialogues ;
- Ils sont les promoteurs des mesures d’hygiènes et bonnes pratiques auprès d’autres bénéficiaires ;
- Organisés en CAPS (Comité d’Eau Potable et Assainissement), ils assurent le suivi des infrastructures.

Les formations ont un impact direct sur le projet et sa pérennité, mais également sur le sentiment de responsabilisation et le renforcement des capacités des familles bénéficiaires. Associés au projet, les familles en ont compris les enjeux et se sont pleinement approprié les installations. Elles deviennent ainsi les promoteurs d’une nouvelle forme d’approvisionnement en eau à bas coût, simple d’utilisation, respectueuse de l’environnement et porteuse de progrès. Elles encouragent sa reproduction sur d’autres sites, et participent ainsi à la diffusion de l’idée que le développement local est possible et à leur portée.

Pour en savoir plus sur le sujet

Financement de CDC Développement solidaire :
10 000 €
Opérateur : bluEnergy


Partagez


Recommander cette page